WWW.NPA2009.ORG
Accueil > Médias > Sur les ondes > "Les candidats capitalistes, eux aussi ils pourraient fusionner"

"Les candidats capitalistes, eux aussi ils pourraient fusionner"

lundi 16 avril 2012

Invité ce matin des Choix de France Info, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste a de nouveau balayé toute perspective d’alliance avec ses homologues à gauche de la gauche. Tout en rappelant que sa candidature est avant tout "un appel à la révolte".

Philippe Poutou invité de France infoFranceInfo

Pas question de s’allier avec Lutte Ouvrière ou le Front de Gauche... En tout cas, pas pour la présidentielle. Philippe Poutou veut bien considérer "la question d’une unité dans la bataille sociale", mais "si c’est pour une alliance avec le PS, on n’est plus du tout d’accord. Il est hors de question de soutenir les socialistes d’une manière ou d’une autre". Une manière de répondre à François Hollande, qui quelques minutes auparavant sur France Info appelait à "ne pas menacer la victoire de la gauche".

D’ailleurs le candidat du NPA se lasse de cette question d’une union à gauche. Dans cette élection, "on a cinq ou six candidats capitalistes qui se ressemblent tous, eux aussi ils pourraient peut-être fusionner ?", plaisante Philippe Poutou. D’autant qu’avec Lutte Ouvrière, "il y a des différences, sur l’écologie ou sur l’expropriation, par exemple".

"Les grandes fortunes ont été volées"

Car c’est sur le fond que le candidat, crédité de 0,5% d’intentions de vote, veut marquer sa différence : "François Hollande nous dit qu’on a seulement le choix entre une austérité de droite et une austérité de gauche. Du coup, même s’il gagne, il faudra une opposition de gauche."

Philippe Poutou évoque à nouveau la hausse des salaires, une mesure qui peut être financée sans problème selon lui, à condition "de s’en prendre aux plus riches et au capital. Les grandes fortunes, c’est pas qu’ils ont bossé comme des fous et qu’ils le méritent. C’est de l’argent qu’ils ont volé. Il faut renverser tout ça, trouver les moyens de nuire aux capitalistes. Mettre en place une économie pour répondre aux besoins des gens."

Un objectif que Philippe Poutou veut mener depuis l’opposition : il le redit, pas question de devenir président, ou même de viser un "objectif chiffré". "Plus on fera, mieux ce sera, mais on veut juste se faire entendre."