WWW.NPA2009.ORG
Accueil du site > Médias > Dans la presse > Olivier Besancenot à Bourges

Olivier Besancenot à Bourges

vendredi 13 avril 2012

Leberry.fr

Au NPA, pas question de figer les militants dans des meetings politiques où l’on propose seulement d’écouter un discours.

On préfère largement proposer des ateliers et des rencontres où la discussion est ouverte et même encouragée. Hier, le NPA 18 a mis les petits plats dans les grands à l’occasion de la venue d’Olivier Besancenot, soutien de campagne du candidat Philippe Poutou.

Paradoxes

Et l’ancienne figure du NPA ne boude pas son plaisir de signer un autographe ou bien de se faire prendre en photo avec lui. Olivier Besancenot proche du peuple ?? Pas un vain mot visiblement. Avec des paroles qui n’ont pas varié depuis qu’il s’est lancé dans le militantisme politique actif. Il ne veut céder ni aux sirènes de la gauche, ni encore moins de la droite. « Nos galères quotidiennes, ce ne sont absolument pas les préoccupations majeures de la campagne électorale. »

Une campagne qu’Olivier Besancenot compare « à une enquête policière permanente » nourrie par les rebondissements des faits divers. Une campagne comme « une cascade de paradoxes ». Paradoxe de Nicolas Sarkozy qui se « réveille proche du peuple avec un bilan indéfendable ». Paradoxe de François Hollande qui « se découvre comme ennemi de la finance pour mieux la flatter ensuite ». Paradoxe enfin de Marine Le Pen qui « semble avoir changé le logiciel du FN mais avec un discours datant d’une autre époque ».

Mais Olivier Besancenot se montre lucide. Sur l’avenir des citoyens, fait de rigueur, « quel que soit le gouvernement qui sorte des urnes ». Sur la capacité de rassemblement de l’extrême gauche, qui peine à parler d’une même voix. « Comment se fait-il qu’alors que le capitalisme n’a jamais été autant en crise, nous n’arrivions pas à en profiter plus ?? » Une question assurément essentielle et encore sans réponse.

Pas question pour autant pour Olivier Besancenot et le NPA de se lancer dans des comparaisons avec les autres partis politiques ou dans « l’analyse du commentaire ».

Destin

Il voit bien que la désespérance réelle d’une grande partie de la population la pousse plus volontiers vers Mélenchon ou bien vers le FN. Tout comme il sent bien que l’abstention est en train de grignoter les esprits. « Il est certain que nous avons plus de défaites sociales que de victoires mais nous devons prendre en main notre destin social ?! »

Frank Simon

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0