WWW.NPA2009.ORG
Accueil > Programme > Education > Réponses au courrier du Groupement de Défense des Idées des Directeurs

Réponses au courrier du Groupement de Défense des Idées des Directeurs

mardi 3 avril 2012

Les résultats des élèves ne progressent pas comme ils devraient le faire en partie en raison
des conditions de vie et de travail de leurs familles qui se dégradent considérablement ces
dernières années. Flexibilité des horaires des parents (jusqu’à l’ouverture des magasins
le dimanche, au mépris des besoins des enfants des vendeurs et des caissières), accès
dégradé à la santé, équilibre alimentaire et alternance veille sommeil dégradée par de
mauvaises conditions de logement,.. une part des difficultés de l’école doivent trouver des
solutions sociales qui dépassent les ressources pédagogiques.

Par ailleurs, l’école peine effectivement à remplir la mission qui lui est assignée de
transmettre des savoirs et d’émanciper la pensée de l’ensemble de la génération qui nous
suit, afin de lui permettre de prendre en charge un monde de plus en plus complexe. Là
encore, alors que l’école publique avait progressé pendant presque un siècle, allant d’une
scolarité jusqu’à 12 ans seulement, à 80 % d’une génération au bac, tout le monde peut
constater la régression à l’oeuvre avec la RGPP. Le non remplacement d’un fonctionnaire sur
deux, la pseudo "masterisation", l’abandon de la formation initiale, les regroupements
d’école, le bourrage des classes et la suppression des CMPP et des
RASED, la glorification de l’école privée ... toutes les "réformes" ne sont que des attaques
contre les conditions de travail des élèves et des enseignants des écoles publiques.

Pour finir, nous ne pensons pas que l’école publique est dans l’incapacité structurelle
d’accompagner les progrès de tous les enfants, au contraire, il ne s’agit plus de détruire,
mais de consolider, de renforcer, en clarifiant le but de l’école fondamentale. Pour nous, tous
les enfants doivent apprendre ensemble à comprendre le monde, sans filière ni orientation,
jusqu’à 18 ans, et c’est cela le socle commun. Il faut sans doute réfléchir au mode
d’organisation qui ne peut être pensé comme une succession de disciplines intangibles et de
cours magistraux.

Puis l’école doit assurer une formation professionnelle à tous et toutes, à la mesure des
besoins. Nous défendons une école strictement publique et laïque, et refusons toute
subvention à l’école privée. Nous défendons l’idée d’équipes pédagogiques et éducatives,
qui ne soient pas seulement composées d’enseignants, d’agents territoriaux
(ATSEMS, animateurs, ...) mais aussi d’une médecine scolaire, d’un service social scolaire,
d’un secrétariat d’école, de RASED comprenant si nécessaire orthophonistes et
rééducateurs, afin que tous les enfants trouvent au sein de l’école l’ensemble des soutiens
dont ils peuvent avoir besoin et que l’ensemble des enseignants soient centrés
sur leurs tâches et non sur tout ce qui n’est plus fait par des services sociaux submergés.
Nous n’avons pas la vision d’un directeur qui "pilote" une équipe, et porte à lui seul le projet
et les relations avec les partenaires. Au contraire, nous pensons qu’il faut un travail d’équipe
(et qu’une part plus importante du temps de travail des enseignants doit être destinée à des
réunions hebdomadaires afin de construire des projets ensemble). Pour nous il est indispensable que l’ensemble des personnels soient formés à leurs différents métiers, en
formation initiale et continue, et que tous soient titulaires de leurs postes.

Actuellement, le travail de directeur d’école est très incertain et d’une ville à l’autre, les
statuts, les situations, les tâches varient considérablement. Il faut absolument que les tâches
soient définies, comme pour tout contrat de travail, on ne peut pas demander du "bénévolat"
du matin au soir : l’ensemble des directeurs d’école sont épuisés d’avoir classe, secrétariat,
responsabilités, papiers, courriels, rendez vous, décisions, à un rythme qui ne permet pas
de partager quoi que ce soit. La place de la direction d’école, entre la collectivité territoriale,
l’Etat, l’équipe enseignante et les personnels divers est fréquemment intenable. Mais nous
sommes opposés au statut d’établissement, comme à une direction d’école qui serait un
statut différent de celui des enseignants.

La grève de 1983 contre les "maîtres directeurs" a montré combien les équipes sont
attachées à la collégialité. La vieille revendication de 6 maîtres pour 5 classes, et de 3
heures de concertation par semaine sur le temps de travail va dans le bon sens.

Pour finir, il est évident que les conditions de vie et de travail peuvent être très différentes
d’une école à l’autre et que le mille feuille actuel ZEP, RAR, zone violence, primes diverses...
ne correspond en rien aux besoins réels des équipes qui n’ont pas été sollicitées pour
exprimer leurs besoins. Aucune réforme profonde allant dans le sens du progrès social ne
pourra être faite sans partir de la parole des personnels, des parents d’élèves, des élèves,
dans un cadre démocratique.

P.-S.

Copyright photo : Photothèque Rouge/Marc