WWW.NPA2009.ORG
Accueil du site > Programme > Services publics > Organisation du système ferroviaire

Organisation du système ferroviaire

mardi 27 mars 2012

Le NPA considère le chemin de fer comme devant relever d’une mission de service public et d’intérêt général. Son organisation toute entière doit permettre le développement d’un transport ferroviaire de masse, accessible au plus grand nombre, tant en terme de desserte que de prix. A l’inverse des logiques capitalistes qui imprègnent les réformes de ces dernières décennies, le NPA revendique le maintien du monopole public de la SNCF et l’intégration de l’infrastructure et l’exploitation au sein de l’entreprise publique SNCF, avec un seul statut unique pour l’ensemble du personnel, dans le but de promouvoir une coopération entre les services, un travail et des investissements en commun à court et à long terme.

Le NPA s’oppose à l’ouverture à la concurrence du transport de voyageur et soutiendra toutes les luttes menées par les cheminots pour s’y opposer. Il considère que les usagers auraient tort de voir en la mise en concurrence une solution pour améliorer la qualité du service et le niveau tarifaire. L’augmentation continue du prix des carburants, de l’énergie, des péages d’autoroutes etc. malgré la présence de plusieurs entreprises privées sur ces marchés le confirme.

De même, les exemples d’autres pays, y compris en Europe, démontrent que la mise en concurrence peut nuire à la sécurité des circulations. Plusieurs catastrophes ferroviaires au Royaume-Uni sont imputables au manque d’investissement (matériel, infrastructure, formation du personnel) de la part des opérateurs privés. N’oublions pas que la SNCF a été crée en 1937 pour pallier à la situation de faillite dans laquelle se trouvaient les compagnies privées d’antan !

L’ouverture à la concurrence dans le fret en France n’a pas développé le transport de marchandises par rail. La part des marchandises transportés par le rail ne cesse de diminuer au profit de la route, la SNCF abandonne volontairement des trafics jugés pas assez rentable et supprime à tour de bras des triages, au mépris du coût environnemental et social. Les prestations de l’opérateur privé Thello qui a repris le trafic voyageur Paris - Venise en train de nuit ne font pas apparaître d’amélioration de la production. En a peine quelques mois de service, on recense déjà des retards de 7H, des trains supprimés sur plusieurs jours pour panne de matériel etc.

En revanche, la mise en concurrence aura bien permis au patrons du rail de brandir un nouveau prétexte pour s’attaquer à la réglementation du travail des cheminots, qui est pourtant aussi un des piliers de la sécurité des circulations. La SNCF d’ailleurs joue un jeu bien hypocrite à ce niveau puisque dans le fret, c’est justement une de ses filiales (VFLI) qui constitue le deuxième opérateur privé. Une filiale dans laquelle les cheminots travaillent en dehors de la réglementation du travail de la SNCF, le RH077. Sans oublier qu’elle est de par ses filiales, également le premier transporteur routier de France.

Le NPA revendique donc l’arrêt de toute mise en concurrence des travailleurs du rail entre eux.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0