WWW.NPA2009.ORG
Accueil du site > Programme > International > Un programme internationaliste

Un programme internationaliste

lundi 19 mars 2012

La crise a déjà plus de quatre ans et elle va durer. Elle est générale, globale : économique, financière sociale, écologique.

Un vent de révolutions démocratiques et sociales souffle dans le monde arabe. Les populations acculées à la misère et opprimées par des dictatures féroces se soulèvent pour se débarrasser des dictatures, pour la dignité, la paix et la liberté. Cette poussée démocratique et sociale des masses est là, et elle va continuer à travailler le monde arabe.

La crise a déjà plus de quatre ans et elle va durer. Elle est générale, globale : économique, financière sociale, écologique. En outre, elle est en conjonction avec un basculement du monde. L’Occident (Europe et Etats-Unis) qui a dominé le monde depuis des siècles, perd son hégémonie au profit de nouvelles puissances émergentes ou de vieilles puissances qui retrouvent leur force quatre ou cinq siècles après.

L’Europe décline, les Etats-Unis perdent leur hégémonie économique mais pas encore politico- militaire. La part des pays du G7 dans le PIB mondial, qui était de 56 % au début des années 1980, n’est plus que d’environ 40 % en 2010. Mais l’économie chinoise ne peut aujourd’hui remplacer celles de l’Europe et des USA.

Dans ce cadre, un vent de révolutions démocratiques et sociales souffle dans le monde arabe. Les populations acculées à la misère et opprimées par des dictatures féroces se soulèvent pour se débarrasser des dictatures, pour la dignité, la paix et la liberté. Cette poussée démocratique et sociale des masses est là, et elle va continuer à travailler le monde arabe. L’actuelle poussée des islamistes est largement due au fait qu’ils apparaissent souvent comme les seuls à avoir milité, souvent en subissant une féroce répression, contre les dictatures qui ont été renversées. Les régimes qu’ils veulent mettre en place n’en sont pas moins réactionnaires. Mais ceux qui, de loin, condamnent en bloc les révolutions en raison de cette étape politique, sont oublieux du fait qu’aucun processus libérateur ne s’achève en un jour, et que c’est avant tout cette lame de fond de contestation sociale et politique issue des révolutions qui permettra au monde arabe de trouver le chemin de son émancipation. C’est pourquoi le NPA soutient totalement les révolutions actuellement en cours, est aux côté de toutes celles et tous ceux qui sont engagés pour la liberté, hier en Tunisie, en Egypte, en Lybie, et aujourd’hui en Syrie.

Mais c’est aux peuples de se débarrasser de leurs dictateurs pour construire de nouvelles sociétés démocratiques. C’est pourquoi, le NPA est opposé à toute intervention militaire des puissances occidentales, car ces puissances n’ont d’autre but que de garder le contrôle sur les ressources énergétiques de ces pays et d’y défendre leurs intérêts. En revanche, dans une période où le poison raciste tend à tourner les peuples les uns contre les autres, nous pensons que le mouvement ouvrier et citoyen doit faire beaucoup plus d’efforts pour construire une solidarité concrète avec le processus du « printemps arabe ».

Les catastrophes environnementales s’enchaînent : que ce soit au niveau du nucléaire, des désastres climatiques, des écosystèmes ou de la biodiversité, il est clair désormais que le modèle capitaliste menace la planète et l’humanité. Ces catastrophes écologiques et humanitaires n’ont rien de « naturelles », si ce n’est que c’est tout « naturel » qu’elles surviennent lorsque la seule logique à l’œuvre est une fuite en avant pour produire plus, et avant tout plus de profits, quitte à créer des besoins de toutes pièces en faisant fi de l’environnement comme de la santé des travailleurs, des habitants ou des consommateurs. Ces catastrophes et les risques augmentent rapidement avec l’impossibilité du capitalisme de traiter le réchauffement climatique et la destruction de l’environnement et de l’agriculture vivrière.

Le NPA veut promouvoir une logique inverse à la logique libérale du FMI, de la Banque Mondiale ou de l’Union Européenne qui imposent la concurrence déloyale, la privatisation des ressources et des entreprises au profit des multinationales occidentales. La logique économique que nous voulons mettre en œuvre est celle qui vise à la satisfaction des besoins sociaux et qui place les choix économiques sous le contrôle des citoyens. Cela suppose de permettre aux pays de développer une économie qui vise à l’autosuffisance nationale ou régionale, et de mettre un terme à la logique héritée de la période coloniale d’exportation systématique des matières premières à l’état brut et d’importation de produits finis.

L’Europe

L’Europe actuelle est un grand marché unifié pour les grandes entreprises industrielles et financières, à commencer par celles des pays les plus puissants, comme la France et l’Allemagne. Le libéralisme, tout en assurant la liberté totale pour les capitaux de circuler, a mis en concurrence intense les travailleurs et les systèmes sociaux. Cette l’Europe capitaliste et libérale est en faillite.

Ils n’ont qu’un diagnostic : elle n’est pas assez compétitive. Trop de droits sociaux ! Des salaires trop hauts ! Ils veulent donc saigner les populations pour préserver les droits d’usuriers de la finance.

La troïka européenne use d’une main de fer à Athènes, mais la Grèce n’est qu’une pointe avancée de ces attaques, les suivantes viseront l’Espagne, le Portugal, l’Italie, l’Irlande. Ce sont toutes les classes populaires d’Europe qui se voient finalement traitées comme ces peuples du tiers-monde qui subissaient naguère les plans d’ajustement structurel du FMI. Colonisées par leur propre capitalisme, l’alliance des banques, des patrons et des gouvernements.

Contre ces fossoyeurs, nous sommes avec ceux qui résistent, indignés espagnols ou révoltés grecs, travailleurs de partout, pour rejeter l’austérité, les réformes libérales, la casse des salaires et des droits sociaux.

Nos revendications internationalistes

C’est avec l’objectif de rendre visibles ces solidarités de fait et donc de rendre possibles les mobilisations de solidarité internationale, anti-impérialistes, que nous défendons :
- le retrait de toutes les troupes étrangères, et donc françaises, où qu’elles soient, à commencer par l’Afghanistan. Dans le cadre de la mondialisation libérale qui est aussi une mondialisation armée, les troupes étrangères ne sont jamais là pour émanciper les peuples mais pour préserver les intérêts économiques et géostratégiques des grandes puissances ;
- la diminution drastique du budget militaire pour orienter ces sommes vers le développement de secteurs socialement utiles
- le désarmement nucléaire unilatéral, pour mettre fin à tous les mécanismes de dissuasion nucléaire, prétexte à jouer dans la cour des grandes puissances impériales
- la remise en cause de la structure inique du Conseil de Sécurité de l’ONU de même que le droit de veto de cinq grandes puissances qui se sont partagé le monde en 1945
- l’abolition de la dette des pays du Sud, déjà remboursée, dont les Etats remboursent aujourd’hui les intérêts, une dette qui n’est par ailleurs pas la dette des peuples mais celle de leurs dirigeants
- le droit à l’auto-détermination des peuples, à commencer par le peuple palestinien, qui doit voir ses droits élémentaires satisfaits. Dans ce cadre, nous défendons le droit à la résistance – y compris armée - des peuples occupés, même si nous ne soutenons pas toujours sur le fond politique, la stratégie et la tactique mises en œuvre par les mouvements que se donnent les peuples pour résister.
- c’est également sur une base internationaliste que nous exigeons la liberté de circulation et d’installation, et la régularisation de toutes et tous les sans papiers
- une opposition farouche à l’impérialisme français, par :

  • La liquidation de la Françafrique
    Depuis 50 ans, malgré des décolonisations formelles, la politique de la France vise à perpétuer une relation de domination vis à vis de l’Afrique : domination économique, politique, militaire et culturelle. Les militants du NPA militent au quotidien contre l’impérialisme français et sont favorables à une réforme profonde des institutions et des politiques menées, par :
    • la reconnaissance par la France de tous les crimes coloniaux et néocoloniaux,
    • la publication de tous les accords de coopération et de défense, mais aussi leur révocation dans la mesure où ils ne visent qu’à consolider des pouvoirs autoritaires soumis aux intérêts français, le démantèlement des bases militaires françaises d’Afrique ,
    • la restitution aux populations africaines de tous les biens mal acquis. Cela suppose de lever le secret bancaire et de s’attaquer aux paradis fiscaux qui dissimulent les flux financiers de l’argent détourné,
    • l’arrêt de toute forme de coopération économique et militaire avec des pouvoirs autoritaires,
    • l’autodétermination des peuples.
  • Un véritable processus d’autodétermination dans les Départements et territoires d’Outre-Mer
    Le NPA soutient le droit à l’autodétermination des dernières colonies françaises, les luttes pour la décolonisation et pour l’émancipation sociale. Il faut mettre en route un véritable processus démocratique d’autodétermination dans les départements et territoires d’Outre-Mer, et changer la constitution pour la mettre en conformité avec le droit des peuples.

Cela passe par l’élection, au suffrage universel, à la proportionnelle intégrale, de nouvelles assemblées expressément mandatées dans chaque département ou territoire d’Outre-Mer par leurs peuples respectifs, afin d’élaborer un projet de statut, qui sera ensuite soumis aux électeurs avant négociation avec l’Etat français. C’est par un tel processus démocratique que l’aspiration à la souveraineté s’accompagnera de la justice sociale. 

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0