WWW.NPA2009.ORG
Accueil > Programme > Education > Adapter l’école aux rythmes des enfants et des jeunes

Adapter l’école aux rythmes des enfants et des jeunes

Réponses du NPA au questionnaire de la FCPE

samedi 24 mars 2012

La question des rythmes scolaires est instrumentalisée par les gouvernements au service
des patrons pour faire passer des réformes qui n’ont rien à voir avec l’intérêt des élèves :
réduire le nombre d’heures de cours, transférer des activités scolaires du public vers le privé,
augmenter le temps et la charge de travail des enseignants en les faisant travailler
pendant les vacances scolaires et en les incitant à coup de primes aux heures
supplémentaires…
Pour le NPA, l’organisation de la semaine et de l’année scolaire n’est pas seulement une
affaire de calendrier, elle doit permettre l’émancipation de la jeunesse, particulièrement celle
des classes populaires. Cela suppose de s’adapter au rythme de chaque élève pour
améliorer les conditions de formation intellectuelle, culturelle et sportive de tous.

Pour respecter les rythmes scolaires des élèves en même temps que les conditions de
travail des personnels d’éducation, il faut rétablir immédiatement les milliers de postes
supprimés, notamment ceux des instituteurs spécialisés à l’aide aux élèves en difficultés
(RASED), transformer en postes statutaires les milliers d’emplois précaires, et créer autant
de postes d’enseignants et de personnels d’éducation, d’intendance et administratifs qu’il est
nécessaire pour enfin vivre l’école comme un lieu d’épanouissement épargné du stress, de
l’angoisse de l’échec et du productivisme scolaire sélectif et éliminatoire.

Pour le NPA, l’organisation de la semaine et de l’année scolaire doit être discutée au
sein d’un débat public et démocratique permettant également de définir ensemble les
programmes et les contenus d’une école commune sans sélection ni orientation de 3
à 18 ans. Les rythmes scolaires doivent être définis dans le cadre :

D’une école émancipatrice et démocratique qui réduit le temps de travail des élèves

Il faut diminuer massivement l’importance du travail lui-même, donc le temps qui lui est
consacré, au profit de la valorisation sociale d’autres types d’activités humaines. Par
exemple, dans les établissements et dans les écoles il existe une vie qui ne se situe pas
dans la classe et il n’y a aucune raison qu’elle soit non-démocratique. Par conséquent, il faut
donner la possibilité le plus tôt possible aux jeunes d’autogérer des espaces dans les
établissements et les écoles, en fonction de leurs propres nécessités et leur possibilité qui
dépend de leur âge. Pour que les rythmes de chaque élève soit respecté, Il faut également
repenser les apprentissages scolaires en s’appuyant sur les pédagogies émancipatrices
permettant une organisation personnelle de chaque élève et ce quel que soit son âge.

Et celui des enseignants

La mise en place d’une réduction du temps de service des enseignants : 15 heures
maximum « devant les élèves ». Le reste du temps de travail étant déjà largement occupé
par la préparation des cours, la correction des copies, les rencontres avec les parents, la
formation, les tâches pédagogiques, etc.

P.-S.

Copyright photo : phototheque.org/Patrice Leclerc