WWW.NPA2009.ORG
Accueil > Actualité > Halal : "le vrai problème" est "d’avoir de la viande à manger"

Halal : "le vrai problème" est "d’avoir de la viande à manger"

mercredi 7 mars 2012

TRAPPES (Yvelines), 7 mars 2012 (AFP) - Philippe Poutou, candidat du NPA à
la présidentielle, a estimé mercredi, à propos de la polémique autour de la
viande halal, que "le vrai problème" était plutôt "d’avoir de la viande à
manger" pour de nombreux salariés.

Interrogé par des journalistes devant une boucherie halal du marché de
Trappes (Yvelines), l’ouvrier-candidat de Blanquefort (Gironde) a affirmé que
cette "affaire lamentable" à "connotation raciste", est faite "pour ne pas
parler des choses importantes".

"Le vrai problème, c’est souvent d’avoir de la viande à manger" pour
beaucoup de familles, a-t-il ajouté, avant de tracter tranquillement dans les
allées du marché puis devant le Technocentre Renault à Guyancourt, où quelques
personnes l’ont d’ailleurs reconnu.

Depuis quelque temps, M. Poutou qui se veut "le porte-parole de ceux qui
trinquent", apparaît de plus en plus dans des émissions télévisées.
Mercredi soir, il est d’ailleurs pour la deuxième fois invité au Grand
journal de Canal+. Et dans la voiture le ramenant sur Paris pour assister à
l’émission, il a reçu un long coup de fil de son prédécesseur Olivier
Besancenot qui lui a donné des conseils.

Le facteur "est hyper motivé" pour la campagne, il a d’ailleurs téléphoné à
"pas mal de maires", le recueil des signatures et lancer la campagne, a dit M.
Poutou à l’AFP.

Sur les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle,
le candidat anticapitaliste a estimé qu’il lui en manquait "encore une
vingtaine pour assurer le coup", affirmant que le NPA avait récolté "400
signatures fermes" et qu’"une centaine de promesses étaient encore à vérifier".

Comme on lui demandait ce qu’il pensait du sondage CSA donnant Jean-Luc
Mélenchon (Front de gauche) à 10% quand lui plafonne à moins de 0,5%, il a
répondu : "c’est comme ça aujourd’hui", "on a un problème de visibilité" mais
"on espère que les choses bougent pour nous avec la campagne officielle" et le
temps de parole à égalité entre candidats dans l’audiovisuel.