WWW.NPA2009.ORG
Accueil du site > Programme > Emploi > Pouvoir d’achat : Des mesures d’urgence !

Pouvoir d’achat : Des mesures d’urgence !

mercredi 7 mars 2012

La France de 2012 c’est plus de 5 millions de chômeurs ;3,5 millions de précaires ; 1,6 millions de familles disposant de revenus inférieurs au seuil de pauvreté à 60% ; 3,6 millions de mal-logés ; c’est plus de 600 000 personnes âgées vivant avec le minium vieillesse ; plus de 2 millions de travailleurs pauvres...

C’est aussi l’annonce des profits des entreprises du CAC 40 : 86 milliards d’euros de bénéfices dont 37, 4 seront redistribués aux actionnaires . La France de 2012 c’est des inégalités croissantes séparant une infime minorité de privilèges de la grande masse de la population. Cette situation est inacceptable !

Pour Philippe Poutou et le NPA, cette campagne présidentielle est l’occasion de défendre des mesures d’urgence concernant le pouvoir d’achat.

Le principe de base, c’est que personne ne peut vivre en dessous du Smic, quelle que soit sa situation (salariéE, chômeur, retraitéE), et que le Smic doit être relevé immédiatement à 1 700 euros net mensuels. Le Smic doit devenir la référence de rémunération minimale dans toutes les branches professionnelles. En cas de licenciement, le salaire antérieur doit être maintenu pendant toute la période de recherche d’emploi.

Depuis des années, le pouvoir d’achat a été érodé par l’inflation, le blocage des salaires, la flambée des loyers : pour commencer à rattraper, nous proposons une augmentation générale de 300 euros nets pour chaque salariéE, mais aussi une augmentation identique des revenus des sans-emploi et des retraités. C’est une exigence qui vise évidemment à rattraper tout ce qui nous a été pris depuis des dizaines d’années, et à permettre que chacun puisse vivre dignement et ne plus survivre.

Il faut mettre un coup d’arrêt aux inégalités salariales entre hommes et femmes par une revalorisation des salaires et des carrières féminines, ainsi que par la reconnaissance des qualifications des métiers à dominante « féminine » (santé, éducation). De même, un plan de rattrapage des retraites des femmes doit être mis en œuvre d’urgence, afin de combattre leur paupérisation croissante, due à des carrières incomplètes ou à des temps partiels imposés.

De l’argent il y en a :

Bien entendu, ces mesures coûteront de l’argent. Mais de l’argent, il y en a, il suffit de voir les profits qu’annoncent ces derniers jours les grandes entreprises 6 milliards d’euros de profit pour BNP Paribas, 2 milliards pour la Société Générale, 2 milliards pour Renault , 588 millions pour PSA ou encore 3,3 milliards d’euros pour EDF...

Ce qui manque, c’est la volonté politique de faire payer les riches et de taxer les profits. Une politique de gauche, en quelque sorte. Cela nécessitera également une mobilisation d’envergure pour faire reculer patronat et gouvernement. Une augmentation générale des salaires de 300 euros net représenterait l’équivalent d’une augmentation de 30 % du Smic. Une telle mesure a déjà été prise. C’était en Mai 68.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0