WWW.NPA2009.ORG
Accueil > Programme > Jeunesse > Rencontre avec l’Association contre le bizutage

Rencontre avec l’Association contre le bizutage

lundi 30 janvier 2012

L’équipe de campagne du NPA et de Philippe Poutou a rencontré le 17 janvier Alexandre Andujar, président de l’Association contre le bizutage.
Il nous a exposé la situation actuelle et les mesures revendiquées par son association.

L’ACB préconise une série de mesures, détaillées dans une lettre adressée à Philippe Poutou, notamment :
- une plus grande transparence sur les journées d’intégration (publicité du lieu, du programme...) et l’arrêt de leur financement,
- faire figurer sur les dossiers d’inscription des post-bacs le texte de loi, et les coordonnées des organisations contre le bizutage
- que les enquêtes en cas d’accusation soient faites par des services extérieurs aux établissements, que soient recrutés dans les corps d’inspection des anti-bizuteurs militants

Ce qu’en pense le NPA :

Le NPA partage ces propositions. Nous militons pour une société débarrassée de toutes les oppressions et inégalités, notamment sexistes. Nous sommes bien évidemment solidaires des combats contre les humiliations institutionnalisées que constituent le bizutage et ses différentes formes. Pour nous, personne ne doit dominer, humilier ou faire subir des traitements dégradants aux autres. En tant que féministes, nous pointons notamment du doigt les traitements que subissent les femmes. Ces pratiques dérivent parfois à de véritables viols.

Le bizutage est le symbole d’une société inégalitaire, reposant sur la concurrence, dans laquelle on fait croire que pour s’en sortir, s’épanouir, se sentir « quelqu’un », il faut écraser, dominer et humilier ses semblables.
Nous portons au contraire des valeurs d’échange, d’entre-aide. Dans les milieux universitaires, notre amitié militante va aux organisations syndicales étudiantes qui promeuvent la transformation sociale, la solidarité, la lutte contre les inégalités et pour une université ouverte à tous et à toutes.
Nous combattons les associations qui, sous couvert de « ne pas faire de politique » et de « faire la fête », organisent la reproduction de pratiques sociales d’un autre âge, mais tellement symboliques de ce que nous devons encore combattre aujourd’hui !