WWW.NPA2009.ORG
Accueil > Programme > Jeunesse > Logement des jeunes

Logement des jeunes

lundi 28 novembre 2011

Les jeunes sont plus touchés par la pauvreté que toute autre classe d’âge, avant même les personnes âgées :
22,5% des 18-24 ans vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, contre 13,5% de la
population métropolitaine globale.
Le logement représente 50% du budget annuel d’un étudiant (contre 25% en moyenne pour la
population)

La situation se dégrade depuis plusieurs années

-  Au niveau des aides sociales

73% des étudiants sont exclus du système de bourse ; près de huit étudiants sur dix n’ont été concernés par
aucune mesure sociale
Depuis 2006, les dépenses obligatoires ont augmenté de 33, 2%, tandis que les aides sociales n’ont
augmenté en moyenne que de 13%.
Il y a une baisse de 9,1 points de la part d’étudiants issus de milieu modeste dans l’enseignement
supérieur.
Le Fonds national d’aide d’urgence (FNAU) des CROUS [1] a perdu 9,5 millions d’euros cette année.

-  Au niveau du logement

Les aides au logement (Aides personnalisées au logement – APL – et Allocation de logement social –
ALS) n’ont pas été revalorisées depuis 1994 !
On ne dénombre que 340 000 logements « étudiants » pour 2, 2 millions d’étudiants.
Moins de 10 % des étudiants habitent donc dans des résidences universitaires gérées par le CROUS, c’est-
à-dire avec des loyers raisonnables.
Le loyer d’un logement « type » – défini comme un studio de 15 à 20 m2 – peut varier selon les régions du
simple...au quadruple. Autour de 200 euros (offres relevées à Besançon et à Angoulême), pour atteindre
jusqu’à 850 euros à Paris. Entre ces deux extrêmes, les grandes métropoles régionales (Marseille,
Bordeaux, Lille, Nantes...) oscillent dans une fourchette comprise entre 330 et 550 euros.

- Leurs mesures...

Les tentatives de résorber cette précarité rampante sont insignifiantes, voici les principales mesures :
- Locapass/passeport logement : fonds prenant en charge le dépôt de garantie des étudiants à la
location de leur logement. Les services du CROUS donnent de l’argent au privé, plutôt que
développer le service public.
- Construction de logements étudiants : le plan Anciaux prévoyait la construction de 5000
logements CROUS par an entre 2004 et 2014. Les objectifs ne sont pas tenus (sauf pour 2010 :
5800 construits). L’objectif de 220 000 est toujours en-dessous des besoins
- Construire des « logements alternatifs », à bas coûts, dans des préfabriqués... Au Havre, on loue
aux étudiants des anciens conteneurs à marchandises.
- 10 % des studios dans le parc des logements sociaux seraient réservés aux étudiants. Alors que
la pénurie de logement sociaux est flagrante, avec plusieurs années d’attente pour obtenir un
logement, c’est « déshabiller Paul pour habiller Jacques ».

- Nos solutions :

- Construire des chambres universitaires du CROUS, augmenter les aides au logement (APL et
ALS), allocation d’autonomie
- Une vraie régulation des loyers, de l’immobilier et du foncier, la construction massive de
logements sociaux et étudiants, l’abandon des mesures qui fragilisent la vocation sociale des
HLM.

Notes

[1Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires, gèrent les bourses sur critères sociaux, le
logement public étudiant et la restauration universitaire