WWW.NPA2009.ORG
Accueil > En campagne > Meeting de St Denis

Meeting de St Denis

jeudi 24 novembre 2011


Meeting du NPA : intervention de Philippe Poutou par E_varlin


Meeting du NPA : intervention de Matt, indigné de... par E_varlin


Meeting du NPA : intervention de Christine Poupin par E_varlin


Meeting du NPA : intervention d’Olivier Besancenot par E_varlin

Meeting de St Denis
Meeting de St Denis

La candidature du NPA jusqu’au bout malgré l’obstacle des parrainages

SAINT-DENIS (Seine-saint-Denis), 24 nov 2011 (AFP) - Philippe Poutou,
candidat du NPA pour la présidentielle, a tenu jeudi soir son premier grand
meeting de campagne à Saint-Denis (Seine-saint-Denis) en compagnie d’Olivier
Besancenot, ce qui a été l’occasion d’affirmer que sa candidature "ira
jusqu’au bout", malgré les obstacles liés aux parrainages.

"Ce meeting correspond à une étape importante dans notre campagne
électorale pour la candidature de Philippe, puisqu’on va dans la fameuse quête
de parrainages, on en est arrivé à la moitié", a lancé Olivier Besancenot,
alors que le duo s’installait avec son équipe dans une salle à la Bourse du
travail de Saint-Denis.

"Ceux qui ont insisté sur les problèmes d’organisation, sur les
difficultés, ont peut-être parlé un peu trop vite parce que comme on est à la
moitié" des parrainages "ça veut dire que la candidature ira jusqu’au bout",
a-t-il lancé estimant que "c’est un objectif tout à fait accessible".
Il a toutefois demandé aux "partis institutionnels de ne pas faire
obstacle à ces parrainages" à n’exercer "aucune forme de pression sur les élus
(...) prêts à donner leurs signatures.

"On souhaite que cet appel soit entendu", a-t-il martelé, préconisant "des
parrainages populaires pour y remédier.

Quant à Philippe Poutou, "candidat inconnu", le petit ouvrier de province",
il a déclaré vouloir défendre la candidature du NPA pour "exprimer la révolte
contre le système capitaliste, contre l’oppression quotidienne, les
humiliations quotidiennes et défendre la dignité ouvrière".

Parmi les mesures défendues par le candidat trotskiste figure
l’augmentation de salaires de "300 euros nets pour tous", "l’arrêt des
suppressions d’emploi dans le service public", "un service public de
l’écologie" permettant de "sortir du nucléaire dans les dix ans qui viennent".

Selon lui, contrairement à ce que disent les lobbies nucléaires
"alarmistes", la sortie du nucléaire n’est pas une fatalité. Son remplacement
par les énergies renouvelables "peut forcément créer les emplois" car "le
démantèlement des centrales nucléaires ca fait des dizaines de milliers
d’emplois et le traitement des déchets on en a pour longtemps", a-t-il plaidé
lançant au passage une pique à l’accord entre le PS-EELV sur le nucléaire.